Blog

Défense des jardins d’enfants, où en sommes-nous ?

Nous sommes très inquiets quand à différents aspects de la Loi ‘pour une école de la confiance’ qui vient d’être votée en 1ère lecture à l’Assemblée Nationale  et en 1re lecture au Sénat qui a voté en très grande majorité pour le maintien des jardins d’enfants. La loi est donc repartie vers l’Assemblée Nationale en deuxième lecture. Ce projet a pour conséquence la transformation des jardins d’enfants sous 2 ans pour nous adapter et devenir soit des écoles maternelles soit des crèches ou autres structures toute petite enfance.

Après avoir lancé une pétition conjointement avec la Fédération des éducateurs de jeunes enfants(FNEJE) et le collectif des jardins d’enfants de la ville de Paris, qui a recueilli 13.000 signatures à ce jour nous nous sommes organisés entre jardins d’enfants pour faire entendre notre voix, nous souhaitons pouvoir continuer à accueillir et accompagner  enfants et parents  et d’être reconnu comme lieu d’éducation pour les enfants jusqu’à 6 ans au même titre qu’une école maternelle.

Un collectif des jardins d’enfants de Strasbourg s’est créé qui s’est étendue au Bas-Rhin puis à l’Alsace et est maintenant  national. Nous agissons dans ce collectif en tant que représentant de nos jardins d’enfants mais sans mettre en avant notre particularité pédagogique, chaque jardins d’enfants de ce collectif a son propre projet, nous avons en commun une longue tradition pédagogique de presque 100 ans qui  permet un choix et une liberté pédagogique aux parents, qui  perdure dans de très nombreux pays, et notre pédagogie est dans cette lignée (cf le compte-rendu de la conférence de Loïc Chalmel dans la newsletter précédente).

Nous avons interpellé les sénateurs et en avons rencontré plusieurs jusqu’à être entendu au Sénat par des membres de la commission éducation et le rapporteur de la Loi. Lors de toutes ces rencontres,  nous nous rendons compte que la spécificité des jardins d’enfants en tant qu’établissement petite enfance est peu connue sauf de quelques uns. Néanmoins tous ont entendu nos arguments et vont proposer des amendements afin que nous puissions continuer à exister de façon pérenne et définitive. Pour défendre nos structures et faire valoir nos particularités et notre professionnalisme, nous avons rédigé un manifeste qui détaille qui nous sommes, ce que nous faisons et notre rôle auprès des enfants et de leurs familles.

Parallèlement à toutes ces rencontres nous avons mobilisé les médias, journaux, radio, télévision  et plusieurs ont parlé des jardins d’enfants et de la menace qui pèse sur nous, les parents nous soutiennent et se mobilisent nombres de contacts se font grâce à eux.

Il nous faut à présent arriver à convaincre les députés et le ministère de l’éducation nationale d’accepter les amendements que vont  proposer les sénateurs mais aussi rassurer les syndicats d’enseignants que nous ne sommes pas une menace  pour l’école maternelle. Ce n’est pas gagné !!! Mais essayons et espérons…

Tout ceci a du bon malgré tout, nous sommes présents et reconnus auprès des autres professionnels de la petite enfance, nous œuvrons conjointement et avons toute notre place dans ce mouvement.

Patricia Chalet